AfriqueMaghreb

Accrochage des forces de Haftar avec des rebelles tchadiens dans le sud de la Libye

Les forces loyales au renégat libyen, le général Khalifa Haftar, ont déclaré hier qu’elles étaient désormais confrontées à des affrontements armés avec leurs anciens alliés, les rebelles tchadiens, qui se sont réfugiés dans le sud de la Libye alors qu’ils combattaient le gouvernement dans la capitale tchadienne, N’Djamena.

Les forces de Haftar ont lancé une opération contre les combattants tchadiens dans les deux villes libyennes de Tmassa et Tarbo. Les combats pourraient déstabiliser davantage l’ensemble de la région du Sahel, des mois après le meurtre mystérieux du président tchadien Idriss Deby Itno, qui a dirigé le Tchad pendant plus de 30 ans et est devenu un allié important de l’Occident dans la lutte contre l’extrémisme islamique en Afrique. Le gouvernement tchadien accuse les rebelles de l’avoir assassiné.

Les forces de Haftar, qui contrôlent l’est et la majeure partie du sud de la Libye, ont déclaré avoir lancé des frappes aériennes sur les positions rebelles et envoyé des renforts dans la zone frontalière.

Le Front pour le changement et la concorde au Tchad (FACT) compte entre 1 000 et 1 500 combattants dans ses rangs. On ne savait pas pourquoi les combats avaient éclaté, mais les rebelles ont affirmé que les forces de Haftar, en coopération avec la France, visaient à tuer ou à arrêter leur chef, Muhammad Mahdi Ali, qui se trouve actuellement en Libye. Ils n’ont pas fourni de preuves pour les allégations.

Les forces de Haftar et les rebelles tchadiens étaient des alliés dans sa tentative infructueuse de s’emparer de la capitale, Tripoli, au gouvernement soutenu par l’ONU.

Cette campagne a duré 14 mois et s’est terminée par un cessez-le-feu en 2020, qui a conduit à la mise en place d’un gouvernement intérimaire qui dirige le pays jusqu’à la tenue d’élections nationales en décembre.

Un rapport d’experts des Nations Unies plus tôt cette année a déclaré que les forces de Haftar ont utilisé des rebelles tchadiens pour protéger les installations pétrolières lors de leur attaque de 2019 sur Tripoli.

La Libye est dans la tourmente depuis 2011, lorsqu’une guerre civile soutenue par l’OTAN a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi et entraîné sa mort. Cela a conduit à la formation de deux gouvernements rivaux, l’un soutenu internationalement à Tripoli et l’autre dirigé par Haftar dans l’est.

Mounir M.

Journaliste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x