InternationalMoyen-Orient

Après Ben & Jerry, Nike stoppe ses ventes en Israël

” Nike just did it ! ”

Israël en a pris un sacré coup hier venant du fabricant de vêtements de sport Nike. La méga-marque a annoncé qu’elle mettrait fin à la vente de ses produits dans les magasins de l’État d’occupation, une décision saluée par les utilisateurs des médias sociaux comme une nouvelle victoire pour la campagne internationale de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

“Suite à un examen complet effectué par l’entreprise et compte tenu de l’évolution du marché, il a été décidé que la poursuite de la relation commerciale entre vous et l’entreprise ne correspond plus à la politique et aux objectifs de l’entreprise”, aurait déclaré Nike dans une lettre. envoyé aux magasins en Israël.

La décision de Nike devrait frapper durement les détaillants. Étant l’une des marques de sport les plus populaires au monde, ses produits représentent une part importante des ventes.

Bien que la société ait apparemment pris la décision conformément à son plan mondial de réduire le nombre de magasins avec lesquels elle travaille et de canaliser les affaires via son site Web, cette décision a déclenché un débat en ligne sur ses motivations.

Cette décision fait suite à la décision du géant de la crème glacée Ben & Jerry’s de mettre fin aux ventes dans les territoires palestiniens occupés. Les fondateurs Bennett Cohen et Jerry Greenfield ont expliqué plus tôt cette année pourquoi ils pensaient que la société “est du bon côté de l’histoire” en prenant la décision de boycotter les affaires en Cisjordanie occupée. Amnesty International a salué la décision, la qualifiant de « réponse légitime et nécessaire, conforme à sa responsabilité de respecter le droit international.

Avant l’annonce de Ben & Jerry’s, plusieurs reportages très médiatisés ont conclu qu’Israël pratiquait l’apartheid. En avril, l’éminente organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) s’est jointe à une foule d’autres groupes éminents pour déclarer qu’Israël commettait des crimes d’apartheid et de persécution.

Avant le rapport de HRW, le groupe israélien de défense des droits humains B’Tselem a qualifié Israël d’État « d’apartheid » qui « encourage et perpétue la suprématie juive entre la mer Méditerranée et le Jourdain ». Faisant écho au rapport de l’ONU de 2017 qui concluait qu’Israël pratiquait l’apartheid, B’Tselem a rejeté l’idée fausse populaire selon laquelle il s’agit d’une démocratie au sein de la ligne verte (armistice de 1949).

Dans un article de juin, deux anciens ambassadeurs israéliens en Afrique du Sud ont également dénoncé Israël comme un État d’apartheid en établissant des parallèles avec le système de ségrégation raciale formelle en Afrique du Sud qui a pris fin en 1994. Le message a également été adopté par les Juifs américains, un quart d’entre eux pensent qu’Israël est un État d’apartheid, selon un rapport récent, tout comme près des deux tiers des universitaires et universitaires américains.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x