AfriqueFrance

Après l’Allemagne, la France restitue des oeuvres d’art pillées au Bénin et au Sénégal

Dans un geste historique, l’Allemagne a conclu au mois de Mai dernier un accord pour restituer des objets précieux qui ont été pris lors de la colonisation de l’Afrique au 19 siècle. L’Allemagne abrite la deuxième plus grande collection de bronzes du Bénin au monde et commencera à les rapatrier en 2022. Les bronzes seront conservés dans un musée à Benin City au Nigeria.

Peu avant le sommet Afrique France, le président français Emmanuel Macron a annoncé que 26 œuvres d’art africaines seraient restituées au Bénin – dont des trônes royaux et des statues vénérées – plus tard dans le mois. Cela fait partie du plan promis de longue date par la France de renvoyer des œuvres d’art d’Afrique de l’époque coloniale.

Macron a déclaré que les 26 pièces seraient restituées en Afrique fin octobre. Ceci afin de permettre aux jeunes Africains d’accéder à la culture africaine. On ne sait pas quand ils arriveront au Bénin.

« Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes. Macron s’est entretenu avec un groupe de leaders culturels africains lors d’une réunion Afrique-France à Montpellier, dans le sud. « Il y a eu du pillage colonial. C’est absolument vrai”.

Macron a commandé un rapport complet en 2018 qui recommandait aux musées français de restituer les œuvres prises sans consentement. Il a estimé que jusqu’à 90% de l’art africain était situé en dehors de l’Afrique. Des efforts similaires sont déployés par d’autres pays européens.

Trois ans plus tard, très peu d’œuvres d’art ont été retournées. Le parlement français a adopté en décembre 2020 une loi autorisant l’État à donner les œuvres aux trésors d’Abomey et leur donnant jusqu’à un an.

La rencontre Afrique-France de vendredi a été ouverte et parfois houleuse. Macron, qui travaille à créer une nouvelle stratégie française en Afrique. Des centaines de jeunes entrepreneurs africains, leaders culturels et autres étaient présents à la réunion.

La route est longue pour les Européens dans le règlement de leurs dettes morales et matérielles envers l’Afrique.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x