Moyen-Orient

Après le Liban pour le gaz, Israël menace de bombarder Damas sous l’œil indifférent de l’Occident

La menace survient après qu’Israël aurait bombardé l’aéroport international de Damas, ciblant des supposées expéditions iraniennes.

Israël a menacé de bombarder les palais du président syrien Basher Assad s’il ne cessait pas ou ne réduisait pas la coopération militaire avec l’Iran sur son territoire, a rapporté lundi le site d’information arabe Elaph.

Un chantage grossier et une atteinte à la souveraineté manifeste sous les yeux de l’ONU qui regardent comme d’habitude ailleurs quand il s’agit de l’entité juive.

La presse juive n’a pas été en mesure de confirmer de manière indépendante l’histoire dramatique qui se développait, et l’armée israélienne a refusé de commenter. Le rapport pourrait soit cadrer avec les efforts israéliens en cours pour se débarrasser d’une menace iranienne ancrée en Syrie, soit être une exagération de ces efforts par diverses parties intéressées.

Basé à Londres et détenu par des Saoudiens qui entretiennent des relations mitigées avec les dirigeants saoudiens, Elaph a été utilisé dans le passé par des responsables israéliens pour atteindre le monde arabe, y compris une célèbre première interview pour une publication saoudienne par le chef de Tsahal de l’époque, Gadi Eisenkot. en 2017.

Eisenkot a déclaré à Elaph que Tsahal et les Saoudiens avaient partagé des renseignements de manière continue.

Selon une traduction anglaise d’un article en arabe Elaph, il « a appris d’une source haut placée qu’Israël avait envoyé un message au président syrien Bashar al-Assad, le mettant en garde contre la poursuite de la dissimulation des opérations de l’Iran dans son pays et le transfert d’armes de qualité vers Syrie, et l’a informé que l’un de ses palais serait la cible du prochain raid mené par des combattants israéliens en Syrie.

Maintenant, que les monarchies arabes travaillent ouvertement avec Israël et servent des intérêts communs contre les peuples arabes et musulmans de la région, il est fort opportun pour l’Algérie de vouloir se blinder et de mobiliser sa population et son armée face à des menaces qui sont aussi sournoises que réelles que des opinions publiques non préparées peuvent manquer de deviner.

L’Iran et la Syrie sont dans une liste de nations à abattre, mais la Russie et la Chine ont quelque peu faussé les plans de l’ordre judeo-washingtonien.

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x