Algérie

Après les hydrocarbures, l’Algérie investit massivement dans les phosphates

Les groupes algériens Asmidal (filiale de Sonatrach) et Manadjim El Djazair (Manal) ont signé, mardi 22 mars 2022 à Alger, avec les sociétés chinoises Wuhuan Engineering et Tian’an Chemical (voir encadré ci-dessous), un pacte d’actionnaires pour la création d’une industrie de transformation des phosphates destinée à la production d’engrais dans les régions orientales de l’Algérie.

L’ambition est claire, comme l’a expliqué Toufik Hakkar, PDG du groupe Sonatrach, à l’agence APS (Algérie Presse Service) : « Ce projet permettra à l’Algérie d’être l’un des principaux pays au monde pour l’exportation d’engrais. L’Algérie produit près de 3 millions de tonnes d’urée. Avec ce projet, l’Algérie produira plus de 6 millions de tonnes de produits phosphatés par an.

Une société anonyme de droit algérien regroupant les quatre associés a été créée et dénommée Société Algéro-Chinoise des Engrais (ACFC). Elle est détenue à 56% par les deux groupes algériens et à 44% par les sociétés chinoises. Ces derniers ont été sélectionnés après un appel à manifestation d’intérêt ouvert lancé par le gouvernement algérien en mai 2021. ACFC réalisera les premières études économiques et techniques.

Baptisé Projet Intégré Phosphate (PPI), ce vaste projet mobilisera 7 milliards de dollars (6,36 milliards d’euros) dans les wilayas de l’Est du pays (Tébessa, Souk Ahras, Skikda et Annaba). Il concernera, plus précisément, la mise en valeur et l’exploitation du gisement de phosphate de Bled El Hadba, Djebel Onk (wilaya de Tébessa), la transformation chimique des phosphates à Oued Kébérit (wilaya de Souk Ahras), la fabrication d’engrais à Hadjar Soud (wilaya de Skikda), ainsi que les installations portuaires dédiées au niveau du port d’Annaba.

“Ce projet utilise les dernières technologies pour une production importante de composants écologiques à moindre coût en valorisant l’ensemble des rebuts au profit d’autres secteurs comme les travaux publics, le bâtiment et les énergies renouvelables”, précise Mohamed Tahar Heouaine, PDG d’Asmidal grouper.

Le PPI sera accompagné de projets d’infrastructures connexes dont l’investissement est estimé entre 5 et 6 milliards de dollars (4,55 à 5,45 milliards d’euros).

C’est le premier du genre en Algérie dans le domaine de l’exploitation minière et de la production d’engrais. Il devrait créer 12 000 emplois en phase de construction et à terme, en phase d’exploitation, quelque 6 000 emplois directs et 24 000 emplois indirects.

La plupart des engrais seront exportés et seule une petite partie ira au marché local.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x