Moyen-Orient
A la Une

Au Liban, le pays tout entier dans le noir

Un responsable gouvernemental affirme que le Liban n’a plus de production d’électricité provenant de ses centrales en raison des pénuries de carburant qui ont forcé la fermeture de ses deux plus grandes centrales électriques.

Selon Reuters, “le réseau électrique libanais a complètement cessé de fonctionner à midi aujourd’hui et il est hautement improbable qu’il fonctionne avant lundi ou pendant plusieurs jours”, a déclaré samedi le responsable.

Dans un communiqué, la compagnie nationale d’électricité a déclaré que la centrale thermoélectrique de Zahrani avait été fermée. Vendredi a vu l’arrêt de l’usine de Deir Ammar.

Selon le communiqué, la fermeture des deux centrales a “directement affecté la stabilité du réseau électrique et provoqué sa panne totale sans aucune chance de reprendre ses activités dans l’intervalle”.

Des responsables ont déclaré que la compagnie nationale d’électricité essaierait d’utiliser temporairement les réserves de fioul de l’armée pour faire fonctionner les centrales électriques, mais cela ne se produira pas de si tôt.

De nombreux Libanais dépendent de générateurs fonctionnant au diesel, mais ils ne sont pas abondants.

La crise économique qui a ravagé le Liban a entraîné une récession plus profonde. Les approvisionnements en carburant importé se sont également taris. Depuis 2019, la monnaie libanaise a chuté de 90%.

Même si à l’heure de la rédaction de cet article, nous apprenons qu’un retour partiel du courant est rétabli, les problèmes de dépendances vis-à-vis d’autres pays du Liban compliquent la résolution, dans ce pays, de la crise multi-dimensionnelle.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

4.5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x