Algérie

Cause Animale : l’Algérie met fin aux traitements cruels systématiques des animaux domestiques errants

C’est la fin d’une ère horrifique qui a longtemps semé la terreur dans les rues de la capitale. La méthode Galoufa pratiquée en Algérie à l’égard de la chasse des chiens et des chats. En effet, un communiqué de la fondation Brigitte Bardot, publié ce mercredi 23 mars sur sa page Facebook, annonce « l’arrêt des électrocutions à la fourrière d’Alger ». Une victoire pour les défenseurs de la cause animale en Algérie.

La Galoufa, c’est le nom que donnent les Algérois aux services municipaux qui capturent les animaux. Notamment les chiens et les chats errants, et parfois même domestiques. pour les abattre de manière systématique afin d’éviter les morsures et la propagation de maladies en tous genre. Cette pratique remonte à l’époque coloniale française.

Il y avait, dit-on, Garufa, un Espagnol du quartier populaire de Bab El-Oued. Le personnage s’était fait une spécialité d’attraper les chiens errants à une époque où la rage sévissait encore. Très vite, il est devenu une référence dans la torture animalière. Cette pratique consiste à asperger les animaux d’eau. Puis les électrocuter. L’opération se poursuit jusqu’à ce que la mort survienne. Chose qui ne se produit qu’après plusieurs minutes plus tard.

La fin de la Galoufa en Algérie

Galoufa a poursuivi ces pratiques durant des années sur Alger, et principalement envers les chiens ainsi que les chats. De nombreux protecteurs les animaux se sont activés pour y mettre fin. C’est désormais chose faite ! Leurs appels incessants ont fini par être entendus par la bonne organisation. Celle de la défense de la cause animale présidée par Brigitte Bardot.

La fondation indique dans un communiqué partagé à travers les réseaux sociaux qu’après un échange de lettres entre Brigitte Bardot et le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, celui-ci avait exprimé partager son empathie et celle de nombreux Algériens quant au respect de la vie animale.

Il a donc été décidé de mettre fin aux « électrocutions à la fourrière d’Alger, la tristement célèbre Galoufa ». « Des milliers d’animaux n’auront plus à souffrir d’une mort atroce. C’est une victoire historique ». C’est ainsi qu’a annoncé ladite fondation l’heureuse nouvelle qui a été accueillie avec un ouf de soulagement par l’opinion publique.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x