Algérie

Feu vert au projet d’exploitation d’hydrocarbures d’Al Assel entre Gazprom et Sonatrach (vidéo)

La branche internationale en amont du russe Gazprom et de la société pétrolière nationale algérienne Sonatrach ont donné leur feu vert cette semaine à un projet de développement de deux gisements de gaz dans le bassin algérien de Berkine.

Le projet s’articule autour des découvertes Rhourde Sayah 2010 et Rhourde Sayah Nord 2014 situées sur le permis El Assel (236b). Les partenaires prévoient de forer 24 puits et de construire une unité de traitement du gaz, du condensat et du GPL, avec une première production prévue en 2025. Il n’est pas clair si les deux plus petites découvertes de Zemlet er Rekkeb et Zemlet er Rekkeb Nord seront également liées.

Aucune estimation de production n’a été donnée. Le puits de découverte original de Rhourde Sayah North (RSHN-1) a été testé à 9,5 mn cfd de gaz et 1 300 b/j de liquides en octobre 2014. La découverte antérieure de Rhourde Sayah a été testée à un modeste 2,1 mn cfd de gaz et 380 b/j (MEES, 29 novembre 2010).

La décision de Gazprom EP International et de Sonatrach intervient après qu’Eni s’est engagé à développer un projet de 45 000 bep/j – également situé dans le bassin de Berkine – à la fin de l’année dernière. Ce projet de 1,4 milliard de dollars, appelé «Southern Berkine», a été le premier à être attribué en vertu de la loi pétrolière algérienne de 2019.

Ni Gazprom (49%) ni Sonatrach (51%) n’ont confirmé si le développement d’El Assel a été soumis aux conditions améliorées de la nouvelle loi pétrolière – ce que le chef de Gazprom EP International, Sergey Tumanov, avait demandé fin 2020.

Comme pour le dernier projet d’Eni, El Assel est situé à proximité des pipelines existants et d’autres infrastructures connexes – cela a probablement été un facteur clé dans la décision d’autoriser le développement.

Lors d’une visite à Alger en septembre, M. Tumanov a suggéré qu’il pourrait y avoir plus à venir. « Une mise en œuvre réussie du projet Rhourde Sayah et Rhourde Sayah Nord… peut servir de base à l’expansion de la présence de l’entreprise en Algérie. De plus, cela peut être une incitation pour d’autres joueurs russes à venir en Algérie.

Gazprom est également actif en Libye voisine où il détient 24,01 % du consortium Sarir Oil Operations (SOO) aux côtés de l’Allemand Wintershall Dea (24,99 %) et de la National Oil Corporation libyenne (51 %).

M. Tumanov a déclaré l’année dernière que SOO prévoyait d’augmenter la production de 43 000 b/j à 62 000 b/j grâce à des mesures d’efficacité et des opérations de maintenance. Une production moyenne de 49 000 b/j en 2021 implique un certain succès, bien que la production soit récemment retombée à environ 40 000 b/j selon NOC.

Au-delà de SOO, Gazprom détient toujours un certain nombre de blocs d’exploration : quatre dans la “zone 19” offshore et trois dans la “zone 64” du bassin de Ghadamès.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x