International

Islamophobie : tension diplomatique entre l’Inde et le monde musulman

Le Qatar, le Koweït et l’Iran ont convoqué, dimanche, les ambassadeurs de l’Inde à la suite de propos insultants envers le prophète de l’islam Mahomet tenus par un porte-parole du parti au pouvoir en Inde, Bharatiya Janata Party (BJP).

Le ministère qatari des affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’il avait convoqué l’envoyé indien pour exprimer “le mécontentement du Qatar ainsi que son total rejet et sa condamnation des propos controversés tenus par un responsable du parti au pouvoir en Inde à l’encontre du prophète Mahomet.”

Nupur Sharma, porte-parole du Bharatiya Janata Party, avait tenu des propos insultants à l’encontre du prophète lors d’un débat télévisé, déclenchant une vague de condamnations dans le pays et dans le monde islamique.

Le parti a pris ses distances par rapport à ces propos et a suspendu la porte-parole. Un autre porte-parole du BJP, Naveen Kumal Jindal, a été exclu du parti pour des déclarations tenues sur les médias sociaux à propos de l’islam.

Selon le communiqué, le ministre d’État qatari aux affaires étrangères, Soltan bin Saad Al-Muraikhi, a remis une note de protestation à I’ambassadeur indien, affirmant que “ces propos insultants conduiraient à une incitation à la haine religieuse et offenseraient plus de deux milliards de musulmans dans le monde.”

Doha a également appelé le gouvernement indien à “présenter des excuses publiques et à condamner sans attendre ces propos”, ajoute le communiqué.

De son côté, l’ambassade de l’Inde à Doha a déclaré, sur Twitter, qu’au cours de la réunion, l’ambassadeur a fait savoir qu’une “action forte a déjà été entreprise contre ceux qui ont fait ces déclarations désobligeantes”.

Et d’ajouter : “Nous devrions travailler ensemble contre ces éléments malveillants qui visent à saper la force de nos liens bilatéraux.”

Le département Asie du Sud du ministère iranien des Affaires étrangères a également déclaré que l’ambassadeur indien à Téhéran avait été convoqué pour faire part de la protestation de l’Iran face à ces déclarations insultantes.

Le ministère koweïtien des Affaires étrangères avait auparavant déclaré avoir convoqué l’ambassadeur indien et lui avoir remis une note de protestation exprimant “le rejet catégorique et la dénonciation” des propos insultants à l’encontre du prophète Mahomet.

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x