AfriqueInternational

La mondialisation de l’Afrique enrage les occidentaux

La Tunisie a été le quatrième pays africain en moins d’un mois à rejeter toute ingérence extérieure dans sa souveraineté. Tous ces pays s’adressaient directement ou indirectement aux pays occidentaux la plupart du temps. Hier, le président tunisien remettait l’Union européenne à sa place en déclarant : 

“Il y a une affaire tunisienne qui est débattue actuellement en dehors de la Tunisie. La révoltée Tunisie, est blessée, saigne et souffre de douleur à cause de plusieurs facteurs internes. Nous seuls pouvons panser ses blessures par notre détermination et dans le cadre de nos propres choix. Nous rejetons l’entraide et la sympathie si elles ne sont pas accompagnées de respect. Nous exigeons le respect de l’extérieur même sans sympathie. Le respect de nos choix est l’exigence première de la souveraineté nationale. Notre souveraineté n’est pas négociable ” a martelé le Président Kaïs Saïed.

Mali, Algérie, Maroc, Centrafrique … Un vent de mondialisation souffle sur l’Afrique et ce n’est pas du goût du western Word qui infantilise le continent depuis des siècles. Internet, l’avènement de la Russie et la Chine, l’influence de puissances alternatives comme la Turquie, autant de facteurs qui contribuent à cette situation.

Cette vidéo courte de Antoine Glaser, spécialiste de la Françafrique, qu’il considère comme « un anachronisme historique », Antoine Glaser replace l’Afrique dans le contexte géostratégique mondial.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x