AlgérieMaghreb

La route commerciale Tindouf-Zouerate, en cours de construction, hérisse Rabat au point de cibler des civils

L’envoyé spécial auprès du ministre des Affaires étrangères pour les pays du Maghreb et le Sahara Occidental a expliqué, dans une déclaration au journal Algerie Patriotique, les raisons qui poussent le régime de Rabat à cibler les camionneurs. Selon Amar Belani, le Makhzen craint la dynamique enclenchée entre Alger et Nouakchott depuis la décision des plus hautes autorités des deux pays de réaliser une route reliant le sud de l’Algérie et le nord de la Mauritanie. Les échanges commerciaux qui vont en se développant dérangent le Maroc au plus haut point car Nouakchott vise, par ce rapprochement avec Alger, à diversifier ses échanges et à se libérer ainsi de l’emprise de son voisin marocain dont les Mauritaniens sont dépendants en matière de produits agricoles, notamment.

L’ancien ambassadeur d’Algérie à Bruxelles fait remarquer que la nouvelle route qui facilite les échanges entre l’Algérie et la Mauritanie mettra fin, à très court terme, au monopole marocain et permettra à la Mauritanie d’assurer sa pleine souveraineté face à un Makhzen vorace et perfide, qui ne désespère pas d’élargir son territoire à ceux de ces voisins. Le Maroc se trouvera «encerclé» par trois Etats, le Sahara Occidental libéré, la Mauritanie affranchie et l’Algérie pivot central du Maghreb, qui empêchent ses visées expansionnistes. Les enjeux sont tels que le régime criminel de Rabat n’hésite pas à commettre des assassinats abominables contre des convoyeurs aux fins de semer la terreur et, espère-t-il, perturber l’acheminement des produits entre Tindouf et Zouerate.

Dans l’objectif de consolider les liens entre l’Algérie et la Mauritanie et intensifier les échanges économiques et commerciaux, un mémorandum d’entente pour la réalisation de la route terrestre reliant Tindouf et Zouerate, a été ratifié par un décret présidentiel publié au Journal officiel (N16).

Il s’agit du décret présidentiel 22-86 du 1er mars 2022 portant « ratification du mémorandum entre le Gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire et le Gouvernement de la République islamique de Mauritanie pour la réalisation de la route terrestre reliant Tindouf (Algérie) et Zouerate (Mauritanie), signé à Alger le 28 décembre 2021 ».

Ce mémorandum avait été signé lors de la visite effectuée par le président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, à Alger du 27 au 29 décembre 2021, sur invitation du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Dans ce mémorandum, signé par le ministre algérien des Travaux publics et le ministre mauritanien de l’Equipement et des transports, les deux parties se sont engagées à réaliser la route terrestre reliant Tindouf (Algérie) et Zouerate (Mauritanie), à travers l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement chargée du financement, de la mise en œuvre et du suivi du projet ainsi que des études techniques.

La partie mauritanienne est chargée de fournir les facilités juridiques, administratives et logistiques et d’accorder les exonérations fiscales et douanières nécessaires à la mise en œuvre de ce projet, et à contribuer à la fourniture des matériaux de réalisation locaux nécessaires et à permettre aux sociétés de réalisation de les exploiter.

La partie mauritanienne est appelée, aussi, à fournir les conditions nécessaires pour assurer le déroulement normal des travaux pour tous les opérateurs impliqués dans le projet.

Le droit de gestion de la route est accordé, après sa réalisation, selon le régime juridique de la concession au profit de la partie algérienne pour une durée de dix ans après la mise en service, avec reconduction tacite, est-il mentionné dans ce mémorandum.

Aussi, les deux parties institueront un comité mixte chargé de suivre la mise en œuvre du présent mémorandum d’entente, d’examiner tous les obstacles et difficultés que pourrait rencontrer la réalisation du projet, afin de « mettre cette route vitale au service des intérêts communs des deux pays » pour consolider les liens fraternels et intensifier les échanges économiques et commerciaux.

Il convient de rappeler que lors de la visite du président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani à Alger, plusieurs accords de coopération et des mémorandums d’entente concernant plusieurs secteurs ont été signés.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x