A la uneAlgérie

L’armée algérienne commence 2022 en brouillant les signaux

Un nouveau système de guerre électronique pour l’Algérie

Il a fait son apparition la fin d’année dernière dans l’arsenal algérien, ce système complexe promet de révolutionner la guerre électronique au sein de l’ANP.

Il s’agit de l’Integrated Electronic Warfare system de l’entreprise chinoise ELINC et CEIC. Il y a très peu de documentation sur ce produit, à ne pas confondre avec le CHL-903, système de brouillage anti-aérien. Le système qui est entré en service récemment est à la fois passif, défensif et offensif. C’est un dérivé plus moderne du LDK-190 qui sert à :

  • Détecter les émissions radios et radars ennemies sur une distance de 600 Km
  • Déterminer la position, identifier et classer les émissions ennemies sur ces distances
  • Protéger les radars et systèmes anti-aériens des missiles anti-radiations en “recouvrant” les fréquences radar
  • Empecher les communications sur une distance de 300 Km
  • Interdire à l’ennemi (air, mer, terre) l’utilisation des systèmes de positionnement par satellites GNSS (GPS, Baidu, Galileo, Glonass) sur une distance de 300 Km
  • Brouiller les fréquences de 0.5 à 40 GHz
  • Détecter les avions et navires furtifs
  • Détecter les drones qui sont pilotés à distance et leur supprimer la liaison de données avec le sol
  • Détecter les avions AEW sur une distance de 500 Km
  • “Griller” certains équipements radio-électriques grâce à la puissance d’émission directionnelle de 500 Kw

Ce n’est pas le seul système de guerre électronique utilisé par l’Algérie. L’ANP combine un arsenal d’équipements chinois et russes comme le Krashuka-4 et l’Avtobaza.

Source article Menadefense

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x