International

Le déclin occidental resurgit en marge de l’assemblée annuelle des nations unies

Cette année, l’assemblée des nations unies qui a lieu à New York depuis 1946 n’avait pas la même tonalité que les années précédentes. La pandémie et le réchauffement climatique, ainsi que divers conflits sans fin, ont été les pierres angulaires des discours des représentants. Représentants qui pour la plupart n’étaient pas physiquement présents et intervenaient par vidéoconférence.

Même si la tribune était quasiment vide, deux sujets revenaient sur les réseaux sociaux ou désormais se forment les discussions : le corona et le dérèglement climatique. Les pays du G 20 manquent à leur devoir de résoudre ces deux défis mondiaux s’accordent à dire les pays dans leur plus grande majorité. “Beaucoup de beaux discours, mais peu d’action et trop d’hypocrisie” dénonçait la représentante de la Barbade Mia Mottley dans un discours qui a retenti sur les réseaux sociaux. Même chose selon Imran Khan, président pakistanais qui s’emportait contre l’immobilisme de nations qui peuvent le plus et qui en font le moins. 

Les nations du monde les plus modestes semblent se rendre compte que celles qui ont le pouvoir pèsent négativement sur la résolution des conflits et des défis. Le représentant algérien ne manqua pas de souligner les conflits qui durent depuis des décennies et qui sont sciemment entretenus ou laissés pourrir par ces mêmes “puissances”. La Chine, présente à un maximum de réunions cette année, ne manqua pas de briller par sa force de puissance alternative.

Le déclin politique de l’Occident, est-il en train de précéder son déclin économique et idéologique ? Il semblerait que les pierres soient posées pour un changement de locomotive. La Russie dénonçait un occident “coincé dans un paradigme colonial” pour citer sa porte-parole de la diplomatie. Les Anglo-Saxons eux, boudèrent en masse la réunion Durban bis contre le racisme en dénonçant, je cite “ ses tendances antisémites”. Une position répétitive qui hiérarchise sempiternellement les souffrances et les discriminations contre les peuples.

Beaucoup de nations neutres et qui refusent d’être dominées par une puissance ou une autre ont loué le multilatéralisme et le danger de ne pas le préserver. Le Mali a fustigé la France pour son départ subit sans consultation. Contribuant un peu plus à la déstabilisation de la région qui n’a vu que sang et guerre depuis les interventions occidentales en Libye et au Sahel. 

Cessons de vouloir démocratiser le monde à coup de canon.

En conclusion, il faut changer notre manière de penser sinon l’humanité ne survivra pas. Du fait des guerres directes ou des bouleversements climatiques. Il faut cesser de gouverner pour ne défendre que “ l’intérêt” et ne chercher qu’à dominer le monde. Il nous faut vivre les uns avec les autres en y mettant du sien et en pensant un peu plus à son prochain. Même si cette année, l’assemblée sonne comme un réquisitoire contre le Western World, nous avons autant besoin de l’Est que de l’Ouest, ne serait ce que pour coexister.

Vieille adage si simple et si cyniquement ignoré, mais qui devient au fil du temps une nécessité absolue plus qu’une voix qu’on choisirait selon ses options. Le monde n’a plus d’options et il lui faut réagir et cesser de bloquer la résolution de certains conflits qui perdurent depuis des décennies tel que celui de la Palestine ou du Sahara Occidental. Le vaccin aurait dû être un bien commun dès les premiers mois de la pandémie, mais l’appât du gain et du pouvoir a mis les cartes dans les laboratoires des multinationales de Wall Street. 


Même chose avec la réduction de CO2 les grands se regardent en chiens de faïence en refusant de s’emboîter le pas laissant le temps faire des ravages. L’accord sur le nucléaire avec l’Iran piétine depuis que les Américains s’en sont retirés subitement après avoir mis dix ans à le négocier. Les canons pointés sur Gazas sont rechargés à coup de milliards de dollars du contribuable américain qui ignore réellement l’intérêt inexistant qu’a son peuple à entretenir la colonisation dans les territoires occupés en … 2021.

Le monde regarde à l’Est, le déclin Occidental bénéficie à l’avènement de la Chine et sa soft power édifiante. Mais déjà, on entend des bruits de bottes en Mer de Chine, les mêmes bottes qui ont foulé l’Afghanistan et le Moyen-Orient ces 20 dernières années. Nous assistons à un déplacement du domaine géographique de la lutte. Il ne s’agit plus de partir en croisade contre l’Islam et le pétrole, mais d’encercler la Chine désormais.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x