International

Le ministre de l’énergie émirati prévient que les prix du pétrole pourraient tripler si les Américains poussent au boycott pétrolier

Le ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis, Suhail Al-Mazrouei, a critiqué le projet de loi No Oil Producing and Exporting Cartels connu sous le nom de NOPEC, actuellement discuté par le Congrès américain, affirmant qu’il pourrait faire grimper les prix du carburant de 200 à 300 %.

S’exprimant lors d’un panel au Congrès mondial des services publics à Abou Dhabi, Al-Mazrouei a déclaré que le projet de loi blâmait injustement l’OPEP pour la crise énergétique mondiale, avertissant que l’adoption du projet de loi pourrait perturber le système de production de longue date de l’industrie et augmenter les prix.

« Si vous entravez ce système, vous devez faire attention à ce que vous demandez, car avec un marché chaotique, vous verriez… une augmentation de 200 ou 300 % des prix que le monde ne peut pas gérer », a déclaré Al-Mazrouei. .

Le ministre émirati a souligné que “l’extrême volatilité” des prix du carburant “n’est pas due à l’offre et à la demande, c’est parce que certains ne veulent pas acheter certains bruts et qu’il faut du temps aux commerçants pour se déplacer d’un marché à l’autre” faisant référence à efforts pour boycotter le pétrole russe.

“L’idée d’essayer de boycotter certains bruts va être risquée, quels que soient les motifs derrière cela”, a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le Comité judiciaire du Sénat a approuvé le projet de loi NOPEC, avec une majorité de 17 contre 4.

Le projet de loi doit être adopté par le Sénat et l’ensemble de la Chambre des représentants, avant que le président Joe Biden puisse le signer.

Le projet de loi a été présenté en 2007 et vise à révoquer l’immunité souveraine qui a longtemps protégé l’OPEP et ses compagnies pétrolières nationales contre les poursuites.

Les États-Unis ont récemment appelé les pays exportateurs de pétrole, en particulier l’Arabie saoudite, à augmenter la production de pétrole pour réduire les prix et rétablir les marchés, mais Riyad a refusé.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x