A la uneInternational

Le pétrole russe met le cap sur l’Asie

Les exportations de pétrole de la Russie, dont les acheteurs européens et américains se détournent, ont commencé à se déplacer vers les pays asiatiques en entraînant des changements dans les mouvements de fret physique, selon les données de la société de suivi du fret énergétique en temps réel, Vortexa.

Après un mois d’assaut russe sur les territoires ukrainiens, les sanctions économiques occidentales contre l’État et les oligarques russes ont commencé à avoir un impact sur les cargaisons pétrolières sortantes.

La répercussion la plus importante qui a frappé les importations de pétrole jusqu’à présent en mars est le changement de destination du brut russe de la mer Noire et de la mer Baltique, selon les données de suivi de l’énergie de Vortexa.

Les exportations de la Russie vers l’Europe ont chuté d’environ 280 000 barils par jour entre le 1er et le 22 mars pour tomber à 1,3 million de barils par jour. Les exportations vers l’Asie, historiquement un acheteur inhabituel de brut russe de la Baltique et de la mer Noire, sont cependant en hausse de 220 000 barils par jour sur la même période.

La part de l’Asie dans les exportations russes de brut de la Baltique et de la mer Noire pour mars a atteint 25%, le plus haut depuis avril 2020, selon les données.

La Chine et l’Inde sont les deux acheteurs des récentes exportations russes de brut de la Baltique et de la mer Noire, les approvisionnements russes en pétrole représentant 5 % des importations totales de l’Asie.

Les données ont révélé qu’en février, 5,6 millions par jour de brut et de produits maritimes russes, soit 73 % du total, ont été exportés vers des « pays hostiles » que la Russie a nommés.

Les importateurs de brut russe comprennent à peu près toute l’Europe, mais aussi les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et Singapour.

Selon les données, environ 1,4 million de barils par jour sont perdus pour les cargaisons chargées en mars.

Le principal impact de la baisse des exportations russes devrait se refléter davantage dans les semaines à venir, tandis que les exportations vers l’Asie devraient augmenter régulièrement.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la Russie est le troisième plus grand producteur de pétrole au monde et le plus grand exportateur de pétrole.

Cependant, l’AIE prévoit que la production de pétrole russe pourrait chuter de 3 millions de barils par jour à partir du mois prochain.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x