Maghreb

Le racisme inter-marocain refait débat dans le football

Tout le monde se souvient du match joué en 2017 au stade Mohammed V de Casablanca, les supporters du Raja marocain de Casablanca ont reçu l’équipe Hassania Agadir et leur foule avec des slogans racistes et ethniques tels que « Asseyez-vous, Amazigh » sur un ton péjoratif, faisant référence à l’origine ethnique. de l’équipe qui appartient à une région de langue amazighe.

Suite à l’incident, les supporters de l’Hasania Agadir ont envoyé une lettre vendredi à la FIFA pour se plaindre de l’indifférence et du manque de sympathie qu’ils ont reçus après avoir contacté la Fédération marocaine de football (MPF), qui n’a infligé aucun penalty aux supporters du Raja Casablanca.
Dans leur courrier, les supporters de l’Hassania Agadir se sont déclarés “choqués par les scans de slogans racistes à leur encontre par des supporters marocains lors du match entre les deux équipes” et ont demandé à la FIFA d’intervenir pour lutter contre ces comportements racistes afin de dissuader le public afin que ces les actions ne contribuent pas à renforcer le racisme dans les stades nationaux et internationaux, afin de soutenir des normes morales qui sont loin du racisme.

Les supporters de la même équipe se sont également plaints de s’être vu refuser l’entrée dans le stade avec le drapeau amazigh, qui représente l’identité du peuple amazigh lors des différents matchs de leur équipe.

Le cas de Abdeslam Ouaddou

Dernièrement, c’est Abdeslam Ouaddou qui a fait les frais de ce racisme inter-communautaire qui sévit au Maroc surtout lorsque par malheur, il a osé partager un avis de footballeur professionnel, favorable envers l’équipe d’Algérie suite à son récent couronnement en coupe arabe au Qatar.

Une pluie d’insultes racistes s’est abattue sur le malheureux qui actuellement se trouve être en litige avec son club d’Oujda à qui il réclame 10 millions de Dirhams. 

Le public maghrébin aujourd’hui, se demande, mais de quelle ethnie donc se réclame tous ces racistes ? D’autre part, quand on sait que la plupart des sahraouis ont la même couleur de peau que Ouaddou, c’est d’autant plus enclin à ajouter de l’huile sur le feu du conflit actuel. Par ailleurs, vue d’Alger, il n’y a pas de race arienne au Maghreb aux dernières nouvelles. 

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x