Moyen-Orient

Les abus sur les Palestiniens dans les territoires occupés ne font qu’empirer dans l’indifférence de la communauté internationale 

La Victime est, cette fois, Goufrane Warasneh, 31 ans, assassinée ce mercredi au camp El Khelil.

Des soldats de l’entité sioniste lui ont tiré dessus et l’ont laissée gisant par terre. Ils ont empêché les secours d’évacuer la victime.

Ghufran Warasnah

Le mouvement de résistance palestinien du Djihad islamique a accusé « l’occupation israélienne de poursuivre son terrorisme et son crime organisé » contre les Palestiniens.

Le mouvement Hamas a qualifié le meurtre de « crime qui illustre le comportement terroriste de l’armée d’occupation et de ses dirigeants qui devraient être jugés en tant que criminels de guerre de la part du Tribunal pénal international ».

Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés de la Palestine a condamné le crime odieux d’exécution sur le terrain commis de sang-froid par les soldats de l’occupation israélienne, qui a entraîné la mort de la jeune femme, Ghufran Warasna (31 ans), près de l’entrée du camp de réfugiés d’Al-Aroub, au nord d’Hébron, alors qu’elle se rendait à son travail.

Dans un communiqué de presse, mercredi, et cité par l’ agence de presse palestiniennes Wafa, le ministère des Affaires étrangères a estimé que ce crime est le prolongement d’une longue et continue série d’exécutions sur le terrain commises par les forces d’occupation conformément aux instructions et directives du niveau politique des responsables israéliens, dirigés par Bennett, qui permet aux soldats de tirer à balles réelles sur des civils palestiniens dans le but de tuer sans aucune raison, tout cela selon leurs humeurs et leur état psychologique, dans une nouvelle confirmation de la nature des missions criminelles menées par les soldats d’occupation déployés aux points de contrôle ou dans des tours militaires aux entrées des camps, villes et villages palestiniens.

La diplomatie palestinienne a tenu le gouvernement israélien dirigé par Naftali Bennett, entièrement et directement responsable de ce crime et d’autres exécutions sur le terrain, qui reflètent la mentalité des gangs et le racisme.

Elle a souligné que la martyr Ghufran est une victime directe du fascisme de la puissance occupante, du double standard des normes internationales et du silence de la Cour pénale internationale.

Le secrétariat général de la ligue arabe a condamné le crime d’exécution commis par l’occupation israélienne aujourd’hui mercredi, contre la journaliste palestinienne Ghufran Warasaneh.

Dans un communiqué de presse publié ce mercredi, le secrétariat général a affirmé que l’insistance de l’armée de l’occupation de cibler les journalistes palestiniens est une violation flagrante de la communauté internationale.

Il a ajouté que ce nouveau crime fait partie du terrorisme systématique et d’une série de crimes quotidiens contre le peuple palestinien, ses droits et ses lieux saints.

L’occupation poursuit son agression, ses crimes et ses violations du droit international, ignorant les appels de la communauté internationale, ses principes et ses valeurs.

En outre, le secrétariat général a fait assumer au gouvernement de l’occupation l’entière responsabilité de ces crimes commis par l’armée de l’occupation et ses colons.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x