InternationalMaghreb

Les accords d’Abrahams s’invitent aux portes de l’Europe

Israël et le Maroc prévoient une base militaire commune autour de Melilla, selon El Español. L’information est tombée quelques jours avant que le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, ne se rende officiellement dans le pays du Maghreb, les 24 et 25 novembre. Il s’agira de la première visite d’un ministre israélien de la Défense au Maroc. Gantz en profitera pour signer avec Abdellatif Loudiyi, le ministre délégué chargé de l’administration de la défense nationale au Maroc, un accord qui définira les conditions de coopération dans le domaine de la défense.

L’une des zones où l’installation de la base aérienne militaire est à l’étude est la ville désertique d’Afsó, près de l’aéroport de Monte Arruit, au sud de l’enclave espagnole. Cette commune appartenait à la zone du protectorat espagnol au Maroc de 1912 à 1956.

Le journaliste Barak Ravid, expert en géostratégie, a confirmé la visite de Gantz. « Le ministre de la Défense Benny Ganz est au Maroc pour une visite. Il s’agira de la première visite officielle d’un ministre de la Défense israélien dans le pays. Au cours de la visite, Gantz devrait signer un mémorandum d’accord de sécurité publique avec le Maroc. Le cabinet du ministre de la Défense a indiqué que lors de la visite, Gantz rencontrera le ministre de la Défense et le ministre des Affaires étrangères », a-t-il déclaré sur le réseau.

L’Espagne n’a pas réagi officiellement à l’amplification des manœuvres militaires à ses portes, mais scrute la situation en compagnie de ses partenaires de l’Union européenne le cadeau fait par Trump avant son départ en disgrâce de la maison blanche.

Le Maroc déjà en porte-à-faux avec l’Allemagne, chef de file de l’union, mais protégé discrètement par Paris devrait être sujet à de nouvelles sanctions peu favorables à son économie. Aucun observateur ne croit en la possibilité des Américains ou des Israéliens de subvenir au développement du royaume sans le concours de l’Union européenne, acteur clef dans les échanges économiques de Rabat.

Il semble que la guerre aveugle et effrénée depuis 40 ans pour un Sahara à tout prix puisse coûter au makhzen un prix inattendu dans un avenir proche.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x