AlgérieInternational

Les États-Unis souhaitent davantage de gaz algérien pour l’Europe

Washington à la recherche de nouveaux approvisionnements pour l’Europe face à l’impasse entre la Russie et l’Ukraine. Le gouvernement américain a demandé à rencontrer Eni, TotalEnergies et d’autres sociétés énergétiques opérant en Algérie pour voir si davantage de gaz peut provenir du pays, ont indiqué des sources proches du dossier.

L’Union européenne dépend de la Russie pour plus d’un tiers de son gaz, et toute interruption des flux aggraverait une crise énergétique qui a déjà fait monter en flèche les factures des consommateurs.

“Les États-Unis ont demandé une réunion avec Eni sur l’Algérie”, a déclaré l’une des sources.

Eni, qui a une série de contrats gaziers à long terme avec le monopole gazier algérien Sonatrach, est l’un des plus grands producteurs étrangers du pays.

Une deuxième source a déclaré que Washington avait contacté le français TotalEnergies et d’autres sociétés de la région, notamment Equinor et Occidental Petroleum Corp.

Eni, Occidental et Total se sont rencontrés pour coordonner le gaz algérien et déterminer si une augmentation de la production est possible, a déclaré une source du secteur.

Le département d’État américain a déclaré qu’il “travaillait à identifier des volumes supplémentaires de gaz naturel non russe du Proche-Orient et d’Afrique du Nord vers l’Asie et les États-Unis”, mais n’a confirmé aucune discussion avec des entreprises individuelles.

Il est en pourparlers avec “les principaux producteurs de gaz naturel du monde entier pour comprendre leur capacité et leur volonté d’augmenter temporairement la production de gaz naturel et d’allouer ces volumes aux acheteurs européens”, a déclaré un porte-parole.

Mais avec l’approvisionnement mondial en gaz tendu et les producteurs de GNL produisant déjà autant qu’ils le peuvent, il y a peu de disponibilité pour compenser les gros volumes en provenance de Russie.

L’Algérie, qui possède des pipelines vers l’Espagne et l’Italie et un grand terminal GNL à Skikda, a augmenté la production de pétrole et de gaz l’an dernier de 5% à 185,2 millions de tonnes d’équivalent pétrole. La production de GNL a augmenté de 14 %.

“L’Algérie possède d’importantes ressources en gaz et il est probable qu’elles pourraient être produites dans les années à venir”, a déclaré une source d’une société énergétique travaillant dans le pays.

Les exportations de gaz de l’Algérie vers l’Italie ont augmenté l’année dernière, bondissant de 76% à 21 milliards de mètres cubes – 28% de la consommation globale et non loin des 29 milliards de m3 du principal fournisseur russe. L’Espagne tire 29 % de son gaz de l’Algérie.

Lundi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que Bruxelles discutait avec les États-Unis et d’autres fournisseurs de la possibilité d’augmenter les livraisons de gaz vers l’Europe.

Le Japon a également décidé de détourner certaines cargaisons de GNL vers l’Europe en réponse aux demandes des États-Unis et de l’UE.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x