A la uneAfrique

Les liens algéro-tunisiens se resserrent dans un Maghreb en ébullition

Le Premier ministre tunisien Najla Bouden Romdhane a rencontré jeudi son homologue algérien en visite Ayman Benabderrahmane pour discuter de la coopération entre les deux pays, selon un communiqué du gouvernement.

Les deux parties ont discuté des moyens de consolider leurs relations stratégiques bilatérales et des perspectives d’amélioration de la coopération bilatérale dans un large éventail de domaines, notamment le commerce, l’industrie, l’investissement, l’énergie, les transports, les infrastructures et le développement des zones frontalières.

“Cette visite représente une opportunité d’aborder la réalité de la coopération et d’œuvrer à sa reconduction au cours de la période à venir dans plusieurs domaines”, a déclaré Benabderrahmane, qui dirige une délégation de haut niveau en Tunisie.

La Tunisie et l’Algérie sont en parfait accord sur toutes les questions régionales, a déclaré le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jerandi en Novembre dernier.

Jerandi s’est exprimé à la suite d’une rencontre avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune à Alger. “J’ai exprimé au président Tebboune combien nous respectons et aimons l’Algérie et le peuple algérien, ainsi que notre attachement aux relations fraternelles existantes entre les deux pays”, a déclaré Jerandi, cité par la télévision d’Etat algérienne.

Au cours de la réunion, les responsables ont discuté des “moyens de développer et de renforcer les relations mutuelles entre la Tunisie et l’Algérie”, a expliqué le ministre des Affaires étrangères.

Le responsable tunisien a salué ce qu’il a qualifié de “relations personnelles qui lient les présidents Tebboune et son homologue tunisien Kais Saied”, ajoutant que leurs relations sont basées sur “le respect mutuel et la fraternité”.

Une union sacrée qui contraste avec la situation sécuritaire dans le reste du Maghreb tourmentée depuis des décennies par l’occupation marocaine du Sahara Occidental et plus récemment de la déstabilisation de la Libye par des parties étrangères. 

Le renouvellement de l’accord de fourniture de gaz avec la Tunisie et la connexion des deux économies (complémentaires) ont renforcé les liens entre les deux nations mis à mal temporairement lors de la présidence de Marzouki. 

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
trackback

[…] Aldjazair.org, 13/12/2021 […]

Bouton retour en haut de la page
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x