A la une

L’Espagne revend copieusement du gaz russe au nord de l’Europe en pleine guerre en Ukraine

En plus de recevoir moins de gaz d’Algérie, l’Espagne a continué d’acheter du gaz russe pour le revendre au nord de l’Europe. Les données du mois de mai montrent une forte augmentation des exportations de gaz vers l’Europe du Nord. Le gazoduc qui relie l’Espagne à la France et qui permet d’exporter du gaz naturel est passé de 1 917 GWh/mois à 6 185 GW/h si l’on compare le mois de mai 2022 à la même période de l’année précédente. Tout cela coïncide avec un moment où la réception du gaz algérien a diminué de moitié au cours de la même période. Et dans lequel l’achat de gaz russe a bondi de 52 %. Tout cela, au milieu de l’invasion de l’Ukraine par Poutine. Et tout cela, parce que le gaz russe est moins cher et peut être exporté vers l’Europe du Nord, comme cela se fait.

Les données montrent des pratiques difficilement justifiables du point de vue politique. Parce que si tout le monde critique Poutine et soutient l’Ukraine, la vérité est que Pedro Sánchez a permis que le gaz russe continue d’être acheté à un prix inférieur et exporté via le gazoduc qui relie l’Espagne à la France pour le nord de l’Europe.

Il faut se rappeler que les données du responsable technique du gaz qui révèlent ces exportations sont les mêmes qui ont déjà confirmé que, juste après la visite de Sánchez à Zelenski, l’Espagne a bondi de 52 % sur l’achat de gaz russe, l’un des principaux moyens du financement du régime Poutine. Et donc de l’invasion de l’Ukraine.

Toutes ces données sont reflétées dans le rapport de couverture de la demande du responsable technique du système gazier espagnol. Et là, vous pouvez voir comment l’Espagne a acheté un total de 3 289 GWh de gaz naturel russe au mois de mai. C’est-à-dire juste après que Pedro Sánchez ait quitté l’Ukraine après sa visite au dirigeant ukrainien Volodímir Zelenski. Les données sont représentatives : pas moins de 9 % du total de gaz naturel acheté ce mois-là sur le marché espagnol. Mais c’est encore plus frappant si on le compare aux données du mois de mai précédent, le même mois de 2021. Au cours de cette période, 2 163 GWh ont été achetés à la Russie, soit 7,4 % du total.

De plus, en ce même mois de mai, il y a un autre fait très significatif : celui de la vente de gaz de l’Algérie à l’Espagne. En ce mois de mai dernier, l’achat de gaz à l’Algérie a déjà été littéralement divisé par deux par rapport à celui effectué au cours du même mois de 2021. Par conséquent, l’Algérie s’est déjà privée de la moitié de tout le gaz qu’elle envoyait traditionnellement vers l’Espagne.

Les données sont les suivantes. Le gaz non liquéfié importé d’Algérie en mai 2021 était de 15 635 GWh. Et le gaz naturel liquéfié acheté et transporté par méthaniers s’élève à 2 488 GWh. Bilan final : 18 123 GWh de gaz importé d’Algérie. Au mois de mai 2022 — juste avant que l’Algérie ne rompe le traité d’amitié avec l’Espagne et ne rompe ses relations commerciales —, le pays fournisseur avait déjà divisé par deux l’expédition de gaz par rapport à la même période de l’année précédente. Ce mois de mai, l’Espagne n’a acheté que 7 003 GWh de gaz naturel non liquéfié et 2 091 de liquéfié au moyen de méthaniers. Résultat : 9 094 GWh, littéralement la moitié des plus de 18 000 GWh acquis un an plus tôt aux mêmes dates.

Mais malgré cette coupe, l’Espagne a pu vendre dans le reste de l’Europe. Grâce, justement, à l’achat de gaz russe par méthaniers.

Ali Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x