InternationalMoyen-Orient

L’Iran hack les sites web gouvernementaux israéliens suite à une tentative de sabotage avortée sur un site nucléaire

La télévision d’État iranienne a déclaré lundi que ses forces de sécurité avaient déjoué un plan de sabotage sur le principal site nucléaire de Fordow du pays par un réseau qu’il accusait Israël de recruter. Il a déclaré que les forces avaient procédé à des arrestations, rapporte Reuters.

Le bureau du Premier ministre israélien n’a fait aucun commentaire immédiat sur le rapport.

La télévision a indiqué qu’un officier israélien a d’abord contacté un voisin d’un employé de l’usine d’enrichissement d’uranium et a réussi à les recruter tous les deux après les avoir payés en espèces et en monnaie numérique.

Les agents de sécurité des gardiens de la révolution surveillaient le réseau et ont pu le démanteler avant que le sabotage ne puisse être effectué, arrêtant un nombre indéterminé de personnes, a indiqué la télévision.

L’agence de presse d’État, IRNA, a déclaré qu’une nouvelle agence appelée Revolutionary Guards Nuclear Command, qui, selon elle, avait été créée pour superviser les questions de défense et de sécurité dans les installations nucléaires, était impliquée dans l’opération visant à arrêter le sabotage prévu.

L’Iran a accusé Israël d’avoir mené plusieurs attaques contre des installations liées à son programme nucléaire et d’avoir tué ses scientifiques nucléaires au cours des dernières années. Israël n’a ni démenti ni confirmé ces allégations.

Par ailleurs, un ancien cadre supérieur de la Direction nationale de la cybersécurité d’Israël estime que l’Iran a lancé un cyber attaque en raison des tensions croissantes entre les pays.

Les sites Web du gouvernement israélien, qui font partie du domaine Gov.il, ont subi une cyberattaque lundi, probablement en provenance d’Iran. Ce qui aurait été une attaque DDoS a commencé vers 18 h 15, heure locale, avec une augmentation irrégulière du trafic sur les serveurs exécutant les sites Web Gov.il. La bande passante de l’attaque aurait atteint 15 à 20 gigaoctets.

« Au cours des dernières heures, une cyberattaque DDoS contre un fournisseur de communication a été identifiée, ce qui a empêché l’accès à plusieurs sites Web pendant une courte période, y compris des sites gouvernementaux. À partir de maintenant, tous les sites Web sont de nouveau opérationnels », a déclaré la Direction nationale de la cybersécurité.

Rafael Franco, co-fondateur de la société de cybersécurité Code Blue et ancien directeur général adjoint pour la robustesse à la Direction nationale de la cybersécurité, a été beaucoup plus sévère dans sa réponse. “Il s’agit d’un état d’urgence et d’une attaque sans précédent contre les sites Web du gouvernement. On peut estimer que cela fait partie des coups cyber échangés avec l’Iran. Nous nous dirigeons vers une période d’escalade à grande échelle dans le cyberespace.

L’œil pour œil continue dangereusement dans le cyber espace et  par Syrie et Irak interposés…

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x