Moyen-Orient

L’Iran ne voit pas d’accord sur le nucléaire à l’horizon

La République islamique d’Iran a affirmé lundi qu’une entente avec les grandes puissances sur le dossier nucléaire était éloignée, en accusant les États-Unis d’être responsables du retard.


Des négociations pour sauver l’accord de 2015 encadrant le programme nucléaire civil iranien n’ont toujours pas abouti, un an après leur démarrage à Vienne. Après plusieurs déclarations optimistes sur une entente imminente à Vienne, des désaccords ont réapparu ces dernières semaines principalement entre Téhéran et Washington, des ennemis jurés.


À Vienne, les négociations ont lieu entre l’Iran, d’une part, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine de l’autre. Les États-Unis y participent indirectement par le biais de l’Union européenne.


En 2018, Washington s’est retiré unilatéralement de l’accord de 2015 en rétablissant des sanctions économiques à l’Iran. En riposte, l’Iran s’est progressivement affranchi des limites imposées à son programme nucléaire dans le cadre de l’accord de 2015.


«Il y a plus d’un sujet en suspens entre l’Iran et les États-Unis. Les messages transmis par l’intermédiaire de M. Mora, ces dernières semaines, avant et après sa visite à Téhéran, sont loin de représenter les solutions permettant de parler d’un accord», a déclaré à Téhéran le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh. Enrique Mora, le coordinateur de l’UE chargé de superviser les pourparlers à Vienne, tente de régler les derniers points de désaccord en vue d’un règlement. «Les États-Unis sont responsables de ces retards car ils tardent à donner une réponse» qui conviendrait à l’Iran, a ajouté le porte-parole iranien.


Pour parvenir à une entente à Vienne, les Iraniens réclament notamment que les Américains retirent les Gardiens de la révolution, armée d’élite de l’Iran, de leur liste des «organisations terroristes». Jusque-là Washington a refusé.


L’objectif à Vienne est de faire revenir les États-Unis dans l’accord de 2015 avec une levée des sanctions et de faire revenir l’Iran à ses engagements. L’Iran a toujours nié chercher à se doter de la bombe atomique.

source article Le soir d’Algerie

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x