InternationalMoyen-Orient

L’Occident et Israël ou le “How to get away with murder” du siècle

Vendredi, l’Assemblée générale des Nations Unies a convoqué une session spéciale pour entendre le rapport annuel du Conseil des droits de l’homme (UNHRC), qui a été présenté à tous les États membres de l’ONU. Les divers crimes israéliens contre les droits de l’homme contre les citoyens palestiniens d’Israël et les Palestiniens dans les territoires occupés ont été largement et sans équivoque critiqués dans le rapport.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a critiqué Israël pour avoir érigé le mur de séparation à travers la Cisjordanie occupée et Jérusalem, qu’un jugement de la Cour internationale de justice a qualifié d’inconstitutionnel en 2004. Il a souligné “le concept d’acquisition territoriale par la force étant inadmissible” et a exprimé “une grande préoccupation concernant la fragmentation du territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, en raison des opérations de colonisation et d’autres mesures. »

Tout cela a incité l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Gilad Erdan, à dénoncer le rapport de l’Assemblée générale de l’ONU. Au lieu de traiter les problèmes, Netanyahu a tenté de détourner l’attention en affirmant que l’UNHRC avait « attaqué et dénoncé Israël dans 95 résolutions contre 142 résolutions contre le reste du monde ». Erdan, d’autre part, ne pense pas que cela ait servi à mettre en évidence les violations d’Israël et l’étendue de son mépris du droit international.

Après avoir déchiré ce document et traiter tout le monde d'”antisémite”, cette insulte n’ayant aujourd’hui plus vraiment de sens tellement elle a été utilisée à tort et à travers. L’État juif s’en sort encore grâce au veto américain et au soutien dissimulé des occidentaux depuis sa création en toute impunité au vu et su du monde “libre”.

Le monde occidental avec en-tête des dirigeants de plus en plus identitaires semble s’accommoder, dangereusement pour la paix, avec l’extrême droite sioniste et  ne veut pas d’un état palestinien ou en finir avec l’occupation israélienne qu’ils soutiennent et financent depuis des décennies. Toutefois, il peine à le dire officiellement, créant une contradiction qui résonne fatidiquement aux oreilles du monde quand ces mêmes acteurs viennent parler de liberté et de droit des peuples.

How to get away with murder ? Be a settler in Palestine. 

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x