A la uneMaghreb

Répression policière au Maroc sur fond de grogne sociale et de crise sanitaire

Début novembre, un bref clip vidéo est devenu viral, montrant une vieille femme épuisée, déplorant les défis de la vie quotidienne au Maroc. Une multitude de manifestants sont descendus dans les rues du centre-ville d’Oujda, dans l’est du Maroc, en réponse à un appel lancé par des militants des réseaux sociaux, bravant le froid ainsi que la répression impitoyable des forces de sécurité du régime.

Les manifestants ont crié contre l’imposition par le pays d’un passeport vaccinal ainsi que contre le coût de la vie élevé dans le pays. La flambée des prix des denrées alimentaires a déclenché une vague de mécontentement à travers le pays, déclenchée par des militants d’Internet visant à rompre le vœu de silence en exposant la détérioration des conditions de vie des Marocains ordinaires.

Le film émouvant de la vieille femme déchaînant sa rage et son indignation était un rappel brutal de la terrible situation à laquelle des millions de Marocains sont confrontés aujourd’hui.

Une dictature indifférente qui profite de tous les luxes de la vie tout en faisant peu pour améliorer la situation socio-économique de la population – à part utiliser l’énorme machine médiatique de l’État pour afficher ses soi-disant réformes – marginalise une proportion croissante de Marocains.

Dernièrement, ce sont de nombreuses manifestations contre la normalisation avec Israël qui ont été étouffées à travers le Royaume.

Une crise multi-dimensionnelle de type Hirak couve-t-elle au Maroc ?

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x