Algérie

Skikda renoue avec la fête de la fraise après deux ans d’absence

La ville de Skikda a célébré jeudi la fête annuelle de la fraise, son fruit choyé, après une éclipse de deux années en raison de la pandémie de Covid 19.

Dans une ambiance joyeuse, la ville de Skikda a célébré cette fête annuelle en organisant une exposition dédiée à la fraise au niveau de la Place de la Liberté, au centre-ville, à laquelle 33 producteurs de ce fruit dans la wilaya ont pris part, a précisé le président de l’Assemblée populaire communale (APC) de Skikda, Ali Khantit.

Comme à l’accoutumée, la fête de la fraise a été aussi l’occasion pour organiser plusieurs concours du meilleur produit à base de fraises, gâteaux, jus et confitures de fraises, tenus au siège de l’APC.

Les trois premières places du meilleur produit à base de fraises sont revenues respectivement à Khadidja Laib, Mourad Younsi et Labidi Mechri, alors que Khadija Remram a remporté la première place des concours du meilleur gâteau, jus et confiture de fraises.

La deuxième et troisième place du meilleur gâteau ont été décrochées par l’association « Chourouk » et l’association « Nesrine », tandis que la deuxième et troisième place du meilleur jus sont allées à l’association culturelle « Al Amal » et à Najat Boukrit.

Le deuxième et troisième prix de la meilleure confiture de fraises ont été remportés par Sabah Belmoussa et Halima Belmoussa.

La fête de la fraise a été également marquée par l’organisation d’une exposition de produits artisanaux au niveau de la Place Issat Idir et l’ouverture d’un point de vente de ce fruit, du producteur au consommateur, au niveau du stade du 1er mai 1945 au centre-ville.

Production de 7200 quintaux de fraises

De son côté, le chargé de communication de la Direction locale des services agricoles, Rabah Mesikh a déclaré que la wilaya de Skikda a produit cette saison 7.200 quintaux de fraises entre celle qui est cultivée de manière naturelle et la fraise sous serres.

Il a expliqué que la production de la fraise naturelle qui pousse dans les forêts et les montagnes est estimée à près de 3 200 quintaux cette saison, avec un rendement de 32 qx par hectare, tandis que la production des fraises sous serres a atteint environ 4 000 qx, avec un rendement de 400 qx par hectare.

M. Mesikh a ajouté que cette production est considérée « un peu faible » par rapport aux saisons précédentes en raison du manque de superficie réservée à la culture de ce fruit, qui est de l’ordre de 111 ha cette saison contre plus de 200 ha lors des saisons précédentes.

Il a imputé, en ce sens, les raisons de cette baisse aux répercussions de la pandémie du coronavirus, la rareté des pluies pendant la saison agricole en cours, ainsi que l’exode rurale et l’abandon de certaines familles agricoles de la culture de la fraise.

Dans ce contexte, des agriculteurs spécialisés dans la production de la fraise ont fait part à l’APS de certaines de leurs préoccupations qui sont, selon Nabil Laib (31 ans), principalement liés au « manque de pistes menant à leurs terres, le manque d’eau et d’électricité, et l’absence de point de vente de ces fruits, ce qui conduit à la détérioration de quantités importantes de fraises que les commerçants hésitent à acquérir », exprimant son souhait que ces problèmes trouveront des solutions bientôt.

Le prix d’un kilogramme de fraise skikidie, appelée localement « lemkerkeba » varie entre 400 et 500 dinars, un prix considéré par les citoyens comme étant « élevé » par rapport à 2019, où la fraise était proposée entre 150 et 250 DA.

Les agriculteurs ont attribué les raisons de la hausse du prix de la fraise à la difficulté de récolter ce fruit, ainsi qu’à la difficulté d’y accéder compte tenu de l’absence de pistes menant aux zones de culture de la fraise, généralement boisées et montagneuses.

La wilaya de Skikda possède de nombreuses catégories de fraises cultivées naturellement et sous serres et génétiquement modifiées, comme la « Rusicada » ou « Lemkerkba », la plus abondante et la plus demandée par les citoyens en raison de sa couleur rouge vif et de son goût sucré et particulier.

Salima Morsli

Reporter Analyste @ Aldjazair.org

Articles similaires

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x