A la uneAfriqueAlgérieInternationalMaghrebMoyen-Orient

Statut d’observateur d’Israël, le loup dans la bergerie de l’Union Africaine

L’Union Africaine votera la semaine prochaine sur la révocation oui ou non du statut d’observateur d’Israël, même s’il n’est pas clair si une majorité sera obtenue. Parvenir au vote a été décrit comme un “succès” par l’Algérie, qui a mené la campagne. Des acteurs majeurs comme l’Egypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud le soutiennent, mais toujours pas de majorité claire.

Les diplomates algériens qui sont à la tête de la motion ont déclaré que l’inscription du vote en “haut de l’ordre du jour” pour le sommet de samedi dans la capitale éthiopienne d’Addis-Abeba était un “succès”.

Les principaux pays africains, en particulier en Afrique du Nord et en Afrique australe, se sont joints à la pression pour annuler la position nouvellement rétablie d’Israël en tant qu’État observateur, l’un des dizaines de pays et d’organisations non africains ayant le même statut.

Israël a été réadmis dans le bloc panafricain de 55 nations en tant qu’observateur en juillet 2021, par une décision sans consultation du Tchadien Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine. Cela s’est produit 19 ans après l’éviction d’Israël en raison de la pression exercée par le dirigeant libyen de l’époque, Mouammar Kadhafi.

Les responsables israéliens ont fait pression pour un siège à l’UA depuis sa suspension peu de temps après la formation de l’union en 2002 en tant que successeur de l’Organisation de l’unité africaine.

L’Algérie a repris le rôle historique de la Libye en s’opposant à l’adhésion d’Israël, et ses diplomates.

Israël entretient des relations diplomatiques avec la plupart des pays africains, mais certains d’entre eux, comme l’Afrique du Sud, le Nigeria et l’Égypte, soutiendraient l’initiative dirigée par l’Algérie.

Le lobbying intensif auprès des pays africains, souvent instables permettra peut-être à l’entité sioniste de remporter un vote avec en toile de fond une Afrique de l’Ouest vivant au rythme des coups d’états. Ce scénario contre nature pour l’Union Africaine étant donné son ADN anti-colonialiste inviterait le diable à la table et encouragera davantage de division du continent déjà sous l’influence néfaste des occidentaux qui luttent contre les intérêts grandissant de la Chine et de la Russie.

Selon les observateurs, Israël peut déjà compter sur le Royaume du Maroc (autre nation d’occupation au Maghreb), ainsi que le Togo, Le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda qui seraient ses plus proches alliés, mais pas les seuls. 

Pour les Algériens, ce cas de figure de confirmation positive serait un échec de l’unité africaine alors même que le pays s’attelle à unir les pays arabes avec son prochain sommet. Un test sans doute pour l’Algérie qui à l’issue de ces événements devra prendre des décisions qui impliquent le fait de s’unir ou cesser d’exister en tant que tel.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x