A la uneAfriqueAlgérie

Union énergétique du Niger, de l’Algérie et du Nigeria autour de la déclaration de Niamey

Le Niger, l’Algérie et le Nigéria ont signé la “Déclaration de Niamey” lors de la troisième édition du Forum minier et pétrolier (ECOMOF) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Niamey le 16 février 2022. Signé par S.E. Mahamane Sani Mahamadou, Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables de la République du Niger, S.E.Mohamed Arkab, Ministre de l’Energie et des Mines, Algérie, et S.E. Chief Timipre Sylva, ministre d’État aux ressources pétrolières du Nigéria, l’accord verra la reprise du développement du projet de gazoduc transsaharien de plusieurs milliards de dollars.

D’une longueur de 4 128 kilomètres, le gazoduc reliera Warri au Nigeria à Hassi R’Mel en Algérie, en passant par le Niger. Une fois achevé, le gazoduc transportera 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an du Nigéria, de l’Algérie et du Niger vers les marchés européens via la côte méditerranéenne stratégique de l’Algérie, ainsi que des stations intérieures le long de son parcours. Le gazoduc permettra à l’Europe d’exploiter directement les importantes réserves de gaz naturel des trois pays, diversifiant ainsi son approvisionnement dans le sillage de la crise énergétique actuelle, tout en créant des sources de revenus essentielles pour les marchés gaziers africains.

« Ce projet sera transformationnel pour tous les pays concernés et nous, au Nigéria, nous engageons pleinement à en faire un succès. Cela créera des emplois et des revenus indispensables grâce à la monétisation du gaz », a déclaré S.E. Chef Timipré Sylva.

Une grande partie du coût estimé de 13 milliards de dollars du pipeline sera dépensée au Niger, agissant comme un coup de pouce indispensable pour le secteur de l’énergie déjà en croissance et l’économie au sens large. Plus important encore, le gazoduc permettra également au Niger de monétiser ses propres énormes réserves de gaz, estimées à 34 milliards de mètres cubes avec des réserves récupérables de 24 milliards de mètres cubes. IL. Les plans du ministre Mahamadou incluent l’utilisation du gaz domestique pour développer une industrie pétrochimique, avec la production de sous-produits comme l’ammoniac, l’urée et les engrais. Cela aura l’avantage supplémentaire de dynamiser l’agriculture qui reste un employeur majeur dans le pays et dans toute la région.

Le Niger a déjà une expérience précieuse dans la conduite de projets transnationaux d’infrastructures énergétiques. Sa raffinerie de 20 000 barils par jour (bpj) basée à Zinder, achevée en 2011, approvisionne toute la région en produits pétroliers. Le Niger exporte actuellement des produits raffinés vers les pays de la sous-région, notamment le Nigeria, le Mali et le Burkina Faso. Grâce à l’achèvement très attendu en 2023 du pipeline Niger-Bénin – un pipeline de 2000 km qui reliera le bassin prolifique d’Agadem au Niger au terminal de Cotonou au large des côtes du Bénin – le Niger augmentera sa production actuelle de 20 000 à plus de 120 000 bpd. Ce pipeline de 2,2 milliards de dollars débloquera 3 milliards de dollars supplémentaires d’investissements de développement de champs par la major chinoise CNPC, qui est l’opérateur des découvertes d’Agadem. Le pipeline devrait également stimuler l’exploration au Niger, car les explorateurs devraient profiter des coûts d’exploration et de développement relativement bon marché dans le pays – 15 $/baril – par rapport aux autres frontières internationales. Les estimations prudentes des réserves du Niger s’élèvent actuellement à 3,7 millions de barils de réserves de pétrole en place et à 957 millions de barils de réserves de pétrole récupérables.

Lors de son discours d’ouverture à l’ECOMOF 2022, S.E. Mahamadou a souligné le développement des infrastructures énergétiques régionales comme pierre angulaire de la politique économique de S.E. le Président Mohamed Bazoum. Le gouvernement a l’intention de se concentrer sur le développement des infrastructures gazières et gazières dans le but de monétiser les ressources gazières et d’atteindre l’électrification à 100 % du pays.

Le secteur pétrolier et gazier du Niger prend un essor considérable et transforme son économie. Le ministre a également souligné la demande de développement économique et social régional motivée par les avantages tirés du secteur du pétrole, du gaz et de l’énergie. Il a présenté une vision positive du secteur et a souligné les efforts du gouvernement pour s’assurer que les avantages du secteur profitent à chaque Nigérian. Le gouvernement mettra l’accent sur le développement des travailleurs qualifiés, avec la création d’un institut supérieur dédié à la formation du personnel technique et des ingénieurs. L’objectif est qu’au moins 50% de tous les postes techniques du secteur soient occupés par des Nigérians dans les 10 prochaines années. Le développement de l’industrie pétrolière et gazière du Niger est un objectif clé déclaré du gouvernement du Niger et, d’ici 2025, devrait représenter environ 24% du PIB, 45% des recettes fiscales et 68% des exportations ainsi que 8% 12% de l’emploi formel au Niger.

« Nous sommes heureux d’être à Niamey et soutenons pleinement ce projet. L’industrie de l’énergie et les travailleurs et travailleuses d’Afrique applaudissent le Nigeria, la République du Niger et l’Algérie pour avoir envoyé un message fort selon lequel le gazoduc transsaharien est dans notre meilleur intérêt car il améliorera la sécurité énergétique, créera des emplois bien rémunérés et développera une économie dont nous avons tant besoin. croissance », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie, ajoutant que « le redémarrage de ce projet envoie un message clair aux investisseurs et aux partenaires stratégiques importants en Europe et en Afrique, que les choses changent en Afrique. Nous nous efforcerons de faire signer et annoncer des étapes clés et des accords lors de la Semaine africaine de l’énergie en octobre au Cap.

Le Niger vise à devenir une plaque tournante pour les hydrocarbures, la pétrochimie et les produits associés en Afrique de l’Ouest et les projets de gazoduc transsaharien ne font que renforcer cette tendance. Les infrastructures énergétiques prévues stimuleront la croissance du Niger et le positionneront comme un pont clé entre l’Afrique subsaharienne riche en ressources et les marchés maghrébins et européens. C’est une bonne nouvelle pour les investisseurs et les entreprises de services à la recherche de rendements attractifs dans l’une des frontières des hydrocarbures les plus prometteuses d’Afrique avec l’une des démocraties les plus stables du continent.

Mohammed Mezouar

Éditorialiste en Chef

Articles similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x